Talent and knowledge mobilization / Talent et mobilisation du savoir

Question:How do we work together to equip youth with the right skills for the future economy?
on 09/16/2016

0

Views

0

Comments

1

Follows

In Canada’s sesquicentennial year, over one million undergraduates are entering university halls across the country. These students are the foundation of Canada’s innovative future. Canada’s universities are committed to equipping these students with the skills and knowledge they need to flourish in work and life, empowering them to contribute to Canada’s economic and social success.

We need to do better as a country to meet the aspirations and unlock the potential of Indigenous youth – their community’s future leaders, innovators and entrepreneurs. Currently, only 11 per cent of Indigenous peoples aged 25 to 34 in Canada have a university degree, compared to 33 per cent of non-Indigenous Canadians in the same age group.

  • Universities Canada aspires to significantly reduce the gap between the university participation rate of Indigenous and non-Indigenous Canadians within the next ten years, by increasing federal financial assistance to Indigenous students and institutional efforts.
  • Universities Canada also recommends supporting more Indigenous students to pursue graduate and post-doctoral studies, growing the cohort of Indigenous university faculty and researchers and boosting their engagement in Canada’s innovative future.

Through work-integrated learning, hands-on research training, and global experiences, Canadian university graduates are educated in a culture of innovation and prepared with 21st century skills including flexibility, adaptability, and an openness to risk-taking.

We support the call by the Canadian Business/Higher Education Roundtable for access to work-integrated learning for 100 per cent of Canadian postsecondary students.

  • To support this goal, Universities Canada, along with national business and student groups, recommends investment in new federal measures, such as vouchers and tax credits, to incentivize employers – particularly in small- and medium-sized enterprises and not-for-profit organizations – to create more paid co-op and internship placements across disciplines and address the barriers employers face in offering such placements.

Canada’s universities are dynamic and supportive partners in helping businesses and not-for-profit organizations solve their problems. One of the greatest contributions universities make to innovation is equipping their graduates with the skills, knowledge and mindset to contribute to our contemporary and future economy. Through a range of knowledge mobilization activities – hands-on learning experiences of co-op students and graduates, community service and outreach, public policy engagement, inter-sectoral partnerships, and the commercialization of research – universities contribute to innovation, prosperity and the quality of life in Canada. Such a flexible approach is needed as no one-size-fits-all approach will suit the diverse needs and capabilities across Canada’s regions. Commercialization contributions are made by universities as valued research partners and through knowledge spill-overs in the form of spin-off companies.

  • Canada’s universities have proven themselves to be prolific generators of new ideas and designs, but R&D assistance is needed in the start-up phase to bridge the capital and financing gap between the initial idea and venture capital stages of the commercialization wave.
  • Targeted support should also be provided to encourage incubation and acceleration on university campuses, and to facilitate access to risk capital. Our graduates abound with ideas, but help is needed to develop strong and nimble start-ups that can grow into globally competitive companies.

Universities can also provide support to young companies by helping educate business talent in areas where we know Canada needs improvement – training executive talent with the ability to scale-up small start-ups, and building know ledge of sales into the business curriculum to assist small companies to grow.

 ----------------------------------

À l’approche du 150e anniversaire de la Confédération, plus de un million d’étudiants au premier cycle font leur entrée à l’université d’un bout à l’autre du pays. Ces étudiants sont le fondement de l’innovation future au Canada. Les universités s’engagent à inculquer à ces étudiants les compétences et le savoir dont ils ont besoin pour s’épanouir sur les plans personnel et professionnel, et ainsi contribuer à la réussite économique et sociale du Canada.

Le Canada doit faire plus pour concrétiser les aspirations et réaliser le potentiel des jeunes Autochtones, qui seront les dirigeants, les innovateurs et les entrepreneurs de demain dans leurs collectivités. À l’heure actuelle, seulement 11 pour cent des Autochtones de 25 à 34 ans possèdent un diplôme universitaire, comparativement à 33 pour cent des Canadiens non autochtones du même groupe d’âge.

  • Universités Canada aspire à réduire considérablement l’écart entre Canadiens autochtones et non autochtones en matière de taux de fréquentation de l’université au cours des 10 prochaines années par la hausse de l’aide financière fédérale aux étudiants autochtones et des initiatives des établissements d’enseignement.
  • Universités Canada recommande également d’appuyer un plus grand nombre d’étudiants autochtones pour qu’ils entreprennent des études aux cycles supérieurs et au niveau postdoctoral, d’augmenter le nombre de professeurs et de chercheurs autochtones, et d’accroître leur participation à l’innovation future du Canada.

Par l’apprentissage intégré au travail, la recherche sur le terrain et les expériences à l’étranger, les diplômés universitaires canadiens sont formés au sein d’une culture d’innovation et acquièrent des compétences du XXIe siècle, dont la souplesse, la capacité d’adaptation et une ouverture au risque.

 

Universités Canada appuie les revendications de la Table ronde de l’enseignement supérieur et les entreprises, qui réclame l’accès à des expériences d’apprentissage intégré au travail pour tous les étudiants canadiens de niveau postsecondaire.

  • À cette fin, Universités Canada et d’autres groupes nationaux étudiant et des milieux des affaires et recommandent au gouvernement fédéral d’investir dans de nouvelles mesures, comme des bons et des crédits d’impôt, pour inciter les employeurs – surtout les PME et les organisations à but non lucratif – à créer plus de stages rémunérés dans toutes les disciplines et à résoudre les difficultés qui les empêchent d’offrir ce type d’expériences aux étudiants.

Les universités canadiennes sont des partenaires dynamiques qui aident les entreprises et les organisations à but non lucratif à trouver des solutions à leurs problèmes. Une des plus grandes contributions des universités en matière d’innovation est de donner à leurs diplômés les compétences, les connaissances et la mentalité nécessaires pour participer à l’économie du XXIe siècle. Les universités contribuent à l’innovation, à la prospérité et à la qualité de vie des Canadiens grâce à diverses activités de mobilisation du savoir. Il suffit de penser aux programmes d’enseignement coopératif qui offrent aux étudiants des expériences d’apprentissage sur le terrain, aux activités de service à la collectivité, à la participation à l’établissement des politiques publiques, aux partenariats intersectoriels et aux activités de commercialisation de la recherche. La souplesse est de mise, car il n’existe pas de démarche unique en mesure de répondre aux besoins des différentes régions du Canada.

Les universités contribuent à la commercialisation de la recherche en agissant comme précieux partenaires de recherche et en favorisant la transmission du savoir par le démarrage d’entreprises.

  • Les universités sont une source intarissable de nouvelles idées, mais elles requièrent du soutien en recherche-développement (R-D) pendant la phase de démarrage pour faire le lien entre l’idée initiale et les capitaux de risque nécessaires à sa concrétisation pendant le processus de commercialisation.
  • Il faut également offrir un soutien ciblé pour favoriser l’incubation et l’accélération sur les campus et faciliter l’accès au capital de risque. Nos diplômés ne manquent pas d’idées, mais ils ont besoin d’appuis pour mettre sur pied de jeunes entreprises solides et souples en mesure de devenir concurrentielles à l’échelle mondiale.

Les universités peuvent également soutenir les jeunes entreprises en offrant une formation en administration des affaires dans les domaines où le Canada peut faire mieux, soit en formant des dirigeants à faire croître des entreprises en démarrage et en intégrant des connaissances sur les ventes aux cours des programmes de commerce pour aider les petites entreprises à grandir.

Credit: Universities Canada / Universités Canada

Comments »

No comments have been posted on this idea yet.